Questions de sécurité : vers une autorisation inopinée du déblocage des iPhone

Pour les enquêtes de quelques sortes que ce soit, la police entre de plus en plus à la fouille des données personnelles des propriétaires de smartphones. Le géant Apple a aussi subi cette fouille de plus en plus ces dernières années et cela s’était fait soi-disant pour la sécurité mais qui a été très mal vu par les utilisateurs d’IPhone mais l’autorité a autorisé ces piratages. La question est : Est-ce que nous sommes prêts pour abandonner cette liberté individuelle ?

Risques avec l’autorisation du déblocage des iPhones

 Il est maintenant possible de débloquer les IPhone à partir d’un simple logiciel et dans certains cas c’est la police qui autorise cette violation de droit fondamentale sur la protection des données individuelles. Le cas le plus connu a été le massacre du 2 décembre 2015 où deux tireurs ont tirés à l’aveugle sur les sans-abri qui a fait plusieurs morts dont l’un des tireurs, après l’enquête, les forces de l’ordre sont arrivés à la conclusion que c’est fort probable que c’était un acte de terrorisme, alors ils ont voulu accéder aux données contenu dans l’IPhone de l’un des assassins sauf que ceci a été verrouillé, de plus Apple n’était pas du même avis pour débloquer le smartphone. Selon le FBI la sécurité est tout ce qui compte pour le gouvernement, alors ils ont embauché des hackers pour débloquer l’IPhone et cela a été tenu secret. Le même manège s’est produit un an plus tard avec un terroriste qui a fauché les piétons dans le campus universitaire d’Ohio avant de se faire tuer. La police a voulu fouiller son IPhone 5 et ils ont utilisé l’index du cadavre pour le déverrouiller sauf que ce modèle n’a pas la fonction Touch ID. ils ont alors utilisé la même procédure que pour la première affaire.

Procédures adoptées pour veiller à la sécurité

Pour cette deuxième affaire Apple a fait savoir les lois fondamentales sur les confidentialités des données individuelles mais les forces de l’ordre ont piraté l’IPhone avec l’aide des hackers et même avec une décision du tribunal local. Pour préserver la sécurité des données des utilisateurs, des groupes de presse se sont regroupés dans le but de pousser l’Etat à donner les informations concernant ce piratage comme l’outil utilisé pour le piratage, le prix du décodage, le nom du concepteur du logiciel autorisé mais la cour n’a rien de mieux à répondre que : pour la sécurité du concepteur il est préférable de tenir son identité secret. D’après les informations citées sur cette page, il est clairement prouvé que même les données biométriques qui contiennent nos données personnelles ne sont plus en sécurité car il est maintenant possible de fabriquer des empreintes digitales et cela est même protégé par la police. Apple a toujours soutenu que leur priorité est de protéger les données de ses utilisateurs, mais on sait maintenant grâce à ce site que les données contenu dans leurs IPhone n’est plus en sécurité. Mais il semble que cette liberté individuelle n’est plus importante face à la nécessité de la sécurité collective malgré le fait que tout le monde sait que personne ne peut contraindre un individu à un acte non consenti.